Je me permets d'être

  

Je cesse d'errer, je me permets d'être en femme, levée de ferment de rêve ; cet être recèle des cents et des cents de E. Emergence d'éther, les ménestrels encerclent les prêtres, les terres se fendent et les belles s'élèvent des fentes. Je sens mes nénés de mère, je me tête et je bée : bébé, bébé. Les femmes s'énervent et défenestrent les prêtres. Eméchés, les pères des prêtres lèchent les fenêtres, émettent décrets et décrets : Percez les lèvres des femmes, écrémez les emblèmes, désenflez les événements, etc. Les décrets de ces mecs me stressent, je les étête, je serre les fesses et je pète. Je me délecte, entre les envers je mets le nez ( céleste fêlé ). Elle m'excède l'essence des esthètes, ces pelés empestent. Hermès me remet en selle, le cervelet égrène : mère, mère, Hélène, Hélène. Hé ! Je respecte le temps, le zen et même le nez des prêtres. Je me tempère, le membre dressé, serpent en tête ; j'espère les tendresses des femmes, les serments d'Hélène.

J'enterre le spleen. René, René, je te permets d'entendre tes rêves. Etends tes rêves René, encense- les.

 

retour vers ensemble

po

portrait précédent

 rtrait précédent

HHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH

portrait suivant


musées

mises en boîte

reliefs de livres

derniers travaux

parcours

contact

liens

aaaaaaaaaaaaaaaa

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

 

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

 

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

 

 

aaaaaaaaaaaaaa

aaaaaaaaaaaaaaaa

a

aaaaaaaaaaa