Je pense donc j'essuie

 

 J'essuie les brumes. Le fantôme qui m'a porté sur ses épaules pendant des lustres n'avait d'autre viatique que la brume. Maintenant que je pense, je peux marcher tout seul (Qui peut le plus peut le moins). J'essuie la brume qui parle aux yeux, j'essuie la brume qui parle d'yeux. Si je ne pense pas tout à fait comme un grand, je me débrouille pour débrouiller le brouillard. Mon père d'ombre retourne à la terre dont il montait ; dors bien mon petit papa, échange tes rêves avec d'autres fantômes qui n'ont plus rien à porter. Je pense et puis j'essuie. Je pense que....................tout ne va pas pour le mieux dans le monde ; ainsi quelle est la place des poètes dans l'administration centrale ? Je pense que tout continue ; et les révoltés étant devenus révoltants, même le marchand de sable peut dire : j'y étais. Je pense que si dieu est mort, cela ne change rien au mot Dieu qui flotte comme un champion sur l'étang où furent dispersées les cendres des sommes théologiques. Je pense que ce qu'on ne peut penser, on doit tout de même le traire ; les doigts engourdis par l'effroi, aller de pis en pis, s'exercer à la traite. Je pense que si j'étais une vache, je ne serai peut-être pas capable de reconnaître mon propre lait lors d'une dégustation à l'aveugle. Je pense qu'il y a de petites dépenses qui font plus de bien que de grandes pensées. Je pense qu'il y a des petites pensées qui font plus de bien que de grandes dépenses. Je pense qu'à traire les contraires et essuyer ce que je pense je vais finir par me retrouver dans la brume d'où l'on ne sort qu'...............................

 

retour vers ensemble

portraipt

portrait précédent

précédent

HHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH

portrait suivant


musées

mises en boîte

reliefs de livres

derniers travaux

parcours

contact

liens

aaaaaaaaaaaaaaaa

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

 

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

 

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

 

 

aaaaaaaaaaaaaa

aaaaaaaaaaaaaaaa

a

aaaaaaaaaaa