J'essuie ce que je pense

 

 

Quand le feu est froid, on entre dans l'âtre de l'être, on regarde vers le haut en se protégeant les yeux, on cherche à comprendre ce qu'on voit dans cette tache de ciel qui pointe. S'il reste des braises, on monte sur le toit malgré les tuiles couvertes de givre ; c'est très risqué. On cherche à comprendre ce qu'on voit dans ce filet de fumée, mais l'âcreté vous prend à la gorge. Ce n'est pas du miel qui croûte au conduit de l'être, sinon tout le monde voudrait devenir ramoneur.

B-à-ba nous dit : " Tout ce qui monte du feu de l'être est fumeux, il n'y a pas de fumée sans suie. Mes enfants, mes fous, mes fidèles, plus blanche est la fumée, plus noire sera la suie. Pourtant, que du bout des lèvres vous gouttiez l'une ou l'autre, c'est la même amertume, c'est le même refus.

Ainsi parle B-à-ba, du bout des lèvres.

" Mes enfants, mes folles, mes fidèles, la mauvaise conscience n'est pas forcément mauvaise pâtissière. Ne prendriez-vous point goût aux gâteaux de suie ? Mes filles, mes ficelles, la mauvaise conscience est mauvaise écriteuse, il y a peu de livres heureux.

B-à-ba ne le dit pas, mais je pense qu'il pense que s'il y a Dieu, il y a lumière, s'il y a lumière il y a feu, s'il y a feu il y a fumée, s'il y a fumée il y a miel, miel de suie ou miel de cendre.

Le père de B-à-ba a martelé tout au long de son procès que dieu c'était le sens de l'histoire. Et bien qu'il ait de toutes ses forces tenté de faire passer dans sa voix la minuscule de ce Dieu, il a été pendu. C'était alors le sens de l'histoire. On comprend que B-à-ba veuille maintenant rester dans le vague.

J'en ai mal aux yeux à me relire, je préfère essuyer ce que je pense et me dépenser tout près d'un inutile feu de plein air.

retour vers ensemble

portrait précédent

HHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH

portrait suivant


musées

mises en boîte

reliefs de livres

derniers travaux

parcours

contact

liens

aaaaaaaaaaaaaaaa

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

 

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

 

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

 

 

aaaaaaaaaaaaaa

aaaaaaaaaaaaaaaa

a

aaaaaaaaaaa