J'étaie le j'euh suis

 

Le mode de vie et de pensée dialectique est le contraire du mode de vie et de pensée schizophrénique. Mais qu'est-ce que le mode de vie et de pensée schizophrénique ?

Hé bien, c'est le contraire du mode de vie et de pensée dialectique.

Joseph Gabbel La fausse conscience

 

Longtemps j'ai tourné autour de cette histoire d'éternel retour, mais impossible de me faire une seconde peau en m'immisçant dans ce récit, ni d'y trouver mon bonheur comme un hérisson dans son lit de feuilles ; alors, j'ai voulu jouer l'être de l'éternel détour.

Il n'est pas facile de s'affirmer dans le j'euh suis, encore plus difficile que de prendre appui sur le vide. L'être de l'éternel détour est un être détouré, il n'y a plus de questions s'agglutinant autour de lui, il est devenu lui même la question, tournant comme une toupie jusqu'à la chute, à moins bien sûr qu'on ne le relance. Il y a peut-être un nud de réponses mais il ne pourra être défait, la langue qui roule sans cesse la question des questions a tellement mouillé ce nud qu'il s'est minéralisé. Avant de se jeter dans le monde, les disciples offrent au maître ce genre de concrétions.

L'errant de l'éternel détour a non seulement perdu son arrière-fond, mais aussi la charpente de l'être, son propre squelette ou quelque chose dans ce genre. Pour ne pas devenir ectoplasme, ou quelque chose dans ce genre, pour rester dans l'être, même dans le j'euh suis, il lui faudra bien participer à quelque refondation.

Il va me falloir étayer l'extérieur par l'intérieur et l'intérieur par l'extérieur ; et s'il reste du noyau m'envelopper avec, m'en faire une carapace. Comme tout lecteur, je finirai bien par retrouver le dessin sur lequel j'ai été calqué, peut-être dans une boucle de l'éternel retour, peut-être ailleurs.

L'espoir luit comme un cailloux dans un creux.

retour vers ensemble

portrait précédent

HHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH

portrait suivant


musées

mises en boîte

reliefs de livres

derniers travaux

parcours

contact

liens

aaaaaaaaaaaaaaaa

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

 

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

 

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

 

 

aaaaaaaaaaaaaa

aaaaaaaaaaaaaaaa

a

aaaaaaaaaaa