L’UN ET L’AUTRE

 

 

L’un pourrait être le saint de l’autre ; tout dépend du côté par lequel on regarde. Alors que la peinture semble être en peine de trouver quelques gratitudes sur les joues blafardes de son ange, la bête sent qu’elle ne tachera même pas le petit monstre qui l’habite.

Alors que l’un et l’autre se battent pour mettre quelques couleurs à leurs mots, le pinceau se sent malmené par tant de bavures. La bête lui avait donné son poil pour jouer les artistes. Mais attention, si elle avait perdu ses mains crochues, elle gardait quelques griffes sur ses pattes maculées de mots. Rien à dire sur cette maladresse, la tache ce n’est ni l’affaire du pinceau, ni l’affaire de la gouache ! C’est en tout cas ce qu’ils prétendent. Au pire, ils finiront, l’un comme l’autre, dans le grand réservoir des mots où s’entassent tous les genres : des uniques aux hermétiques, en passant immanquablement par les trop vus. Après tout, il reste encore une chance, celle de recommencer, sans cesse et sans répit, jusqu’à ce que la page se retourne d’elle-même, à la fantaisie d’un coup de vent, pour changer les couleurs et laisser s’envoler un dernier mot.

 

relief de livre précédant 

retour


musées

pré-têtes et pré-textes

mises en boîte

derniers travaux

parcours

contact

liens

aaaaaaaaaaaaaaaa

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

 

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

 

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

 

 

aaaaaaaaaaaaaa

aaaaaaaaaaaaaaaa

a

aaaaaaaaaaa